Qui sommes-nous ?

Ainsi que l’a confirmé, le 11 novembre 2019, un sondage IFOP pour Le Figaro, 68% des Français jugent probable, dans la perspective de la présidentielle de 2022, un nouveau second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Selon cette même enquête, 72% des Français ne souhaitent pas ce duel annoncé.

Nous non plus.


Pire, l’absence d’alternative crédible aux projets de société de La République en marche (LREM) et du Rassemblement national (RN) risque d’avoir pour conséquence un taux d’abstention record qui ne peut que profiter à Macron, sachant que l’électorat populaire, désespéré par quarante ans de mépris de la part du pouvoir, est moins facilement mobilisable.

À gauche, la débandade, les querelles d’ego et le morcellement de l’offre politique priment sur tout le reste. Certains misent toutefois sur Jean-Luc Mélenchon, pourtant arrivé quatrième, derrière François Fillon, en 2017.

D’autres, plus nombreux, estiment que Mélenchon, discrédité, a laissé passer sa chance.

Nous le pensons aussi.

À droite, la déroute du parti Les Républicains (LR) est consommée et sa disparition future actée par la fuite accélérée de ses électeurs, de ses militants et de figures influentes en direction de LREM et du RN, laissant présager un naufrage électoral en 2022. Certains croient en une refondation de LR, en dépit de la mollesse et la tiédeur de ses dirigeants.

D’autres, majoritaires, considèrent que le renouveau ne viendra pas des partis en place.

Nous aussi en sommes convaincus.


C’est pourquoi nous autres, citoyens ordinaires, avons décidé de ne pas attendre le salut de ceux-là mêmes qui ont plongé le pays dans le chaos, le marasme et l’insécurité, ni de ceux qui nous promettent monts et merveilles tout en s’apprêtant, comme en 2017, à ruiner leurs chances lors du débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle à venir.

Sachant que, dans un État de droit, un gouvernement ne peut être renversé que par les urnes, et que l’Élysée est le lieu de pouvoir par excellence à conquérir si nous voulons reprendre notre destin en main, nous avons décidé de fonder un mouvement politique dont la vocation est de rassembler les patriotes français et les amoureux de la France de nationalité étrangère, sur la base d’un projet commun visant au redressement national, et ce en recrutant bien au-delà des lignes de fracture habituelles, cruellement avivées par nos maîtres qui ont tout intérêt à diviser pour mieux régner.

Naturellement, une telle entreprise ne peut aboutir sans la mobilisation des forces vives de notre pays, et c’est bel et bien sur un sursaut national, républicain et populaire que nous comptons pour atteindre notre objectif.

Celui-ci est clair : installer à l’Élysée, en 2022, un président qui nous ressemble.